Page:Carnet de guerre d'Emile Chollet.pdf/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
4

de drôle c’est qu’en marchant on laisse une trace de feu sous ses pas, cela vient de l’humidité sur le phosphore des os. Bonne nuit à tous ceux que j’aime !


25 janvier. 9h. Quel sale temps ! La pluie a tombé toute la nuit, et ça continue, ce matin il y avait encore de l’eau dans la tente, j’ai réparé la fuite pendant que l’escouade était partie à la corvée d’eau car il faut l’aller chercher assez loin à une source.

Cette journée va-t-elle m’apporter des lettres ? Je le souhaite de tout mon cœur. (censuré)


Je viens d’envoyer à Mr Mouton un petit croquis et maintenant j’attends avec impatience le vaguemestre. (censuré)


27 Une seule lettre du 1er janvier de Papa, ce n’est pas beaucoup : sans doute nos lettres vont Elles à notre retour, alors on n’est pas près d’en avoir.

Le soir je suis allé voir Rabusseau à son Hopital. Je suis resté une heure avec lui, comme nous ne partons que après-demain, je le verrai encore demain soir. (censuré)

Je rentre bien au camp, les routes sont dégoûtantes, heureusement il ne tombe plus d’eau.


26 janvier  : 11h. Je ne me suis pas encore levé. J’ai mangé sous la tente, il fait un temps épouvantable, la toile de tente est trempée par la pluie. Nous partons demain. Quelle veine ! Belle promenade !…

Pas eu de lettres non plus ce matin,