Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


prisonniers. Il me suffisait de signaler au commandant de Boyelles un but utile. J’ai ramené les voisins de Nelly, le mari était cordonnier ; deux institutrices en retraite, bien que nous ayons à Croisilles un instituteur et quatre institutrices. Plusieurs hommes vinrent comme charretiers, ils amenaient leur famille. On m’avait demandé de ramener François Bourgogne, sa femme et sa fille. J’eus de la peine à les décider à venir ; ils m’objectaient : « Quand les français viendront, nous serons plus vite délivrés à Boyelles qu’à Croisilles. » À plusieurs reprises j’avais essayé de ramener un cousin des Vaillant, d’Henin. Mais l’adjudant de Boyelles l’avait dans le nez, il me l’a toujours refusé.

Quand Mr Dujardin eut la certitude de ne pouvoir fabriquer les betteraves cette année, il con-