Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/208

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

aperçoivent tres vite. Malgré nos précautions d’apposer des sacs contre les persiennes, la lumière filtrait au travers ; les officiers, les ordonnances passaient à coté des branchements ; peut-être aussi s’est-on rendu compte à l’usine que la consommation électrique augmentait. Un jour des soldats ont supprimé tous ces branchements. Plusieurs ⁁habitants les ont rétablis le lendemain. Nous nous disions avec raison que les allemands ne nous croiraient pas capables de récidiver de cette façon. Cette seconde période a duré quinze jours. Cette fois les soldats nous ont menacés de nous dénoncer à l’officier de l’usine électrique.

L’officier qui logeait dans notre chambre sur le jardin allait régulièrement passer une semaine sur deux aux tranchées. Pendant son absence, Rose et les enfants voulaient s’installer s’installaient dans sa chambre