Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de milliers d’hommes qui y travaillent. Nous savons cependant que ce sont en grande partie, des Russes et des Belges.

Quand apres la guerre, j’ai visité cette tranchée, j’ai constaté qu’elle avait été construite avec solidité et sécurité. Tous les cent mètres, il y avait un nid de mitrailleuse construit en béton armé.

À dix mètres au dessous du niveau du sol il existait, en dessous de la tranchée une galerie étroite, le long de laquelle un homme tout équipé circulait à l’aise. Deux hommes pouvaient s’y croiser. De chaque côté de cette galerie il y avait alternativement des chambres-abris. On accédait à ces abris par des passages creusés de chaque coté au fond de la tranchée, et en déclivité vers ces chambres. Toutes les voutes étaient taillées en ogives.

La terre est constituée d’une argile