Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Je vis une petite grue ⁁aupres d’une voie de garage.

Peu de temps apres, M. Loth m’apprit que les allemands brûlaient leurs cadavres dans les usines Arbel à Douai, et dans les Hauts Fourneaux à Haumont près de Lille.

À cette époque on évaluait à huit mille le nombre de soldats enterrés à Croisilles.


M. l’abbé Béhal a été évacué lors de la grande évacuation le neuf Octobre.

Nous avons parfois une messe d’un prêtre allemand.

À Ecourt, j’apprends qu’un prêtre vient d’y être évacué. Je vais lui proposer de venir à Croisilles. « Volontiers, me répond-il, mais nous avons ici un commandant terrible, on ne peut l’aborder. – Allons le voir, si vous voulez. » — Au premier abord, je constate que ce comman-