Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dans la direction d’Albert. Les obus passaient au-dessus de la ferme, ils ont produit les effets d’un ouragan d’une violence inconcevable. Les vitres se brisent, les portes sont ébranlées, les plafonds se fendent et tombent.

Or les allemands ont établi leur dépot de ravitaillement dans cette ferme. Ils occupent toutes les écuries, toutes les constructions, les caves et la maison. Cependant ils ont conservé la fermière, Mme Bachelet, sa fille qui a vingt ans, un vieillard Pinchon, chef de culture. Ces malheureux sont condamnés à rester là comme talisman.

Ce jour là les allemands ont tous quitté la ferme, sans rien dire ; ils ont fermé toutes les portes à clef. Quand ces commotions de l’air se produisent, ces trois français ne savent où