Page:Castets - La Chanson des quatre fils Aymon, 1909.djvu/465

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
437
les quatre fils aymon

5555Voles savoir des contes comment il ont duré.
Richars et Aallars sont bien de France né
Et sont molt gentil home et de grant parenté,
Il sont parent Girart de Rosseillon le ber,
Et Doon de Nantuel o les grenons mellés ;
5560Et duc Buef d’Aigremont fu de lor parenté.
Il sunt cosin Richart de Ruem la cité.
Estolt li fil Odon est de lor parenté
Et Ogiers li Danois qui molt fet à loer,
L’arcevesque Torpin de Rains vostre cité,
5565Et jo meïsmes, sire, ja ne vos ert celé.
Or ne cuidies vos mie, ne l’aies en pensé,
Se nos venons en joste ne en estor campé,
Se trovoie Allart ne Renaut craventé,
Ne Richart, ne Guichart, ne Maugis l’aduré,
5570Que jo les vo rendisse, drois rois, por amor Dé,
Ne jo, ne nus des autres que ci vos ai nomé,
Qant nos savons tres bien que castel ne cité
Ne lor sera garant, se as mains les tenes,
Qu’il ne soient pendu et al vent encrué.
5575Nenil, par saint Denise, ja mar en douteres ;
Ançois lor aideroie qu’il fussent delivré
Et jo et tot li autre ki sunt del parenté ;
M 148Ne n’a si riche prinche en la crestienté,
S’il avoit Renaut pris et à vos delivré,
5580Por coi qu’il les eüssent vilainement mené,
Qu’il ne perdist la teste ançois un mois passé.
Por amor dame Deu, le roi de majesté,
Pernes en tel consel que soies acordé
Et il vos serviront volentiers et de gré.[1]
5585Trop a duré la guere, maint home en sunt finé
Qui encor fussent vif, sacies de verité. »
Qant Charlemaignes l’ot, s’a tot le sanc mué ;
Si rougi et mua com carbon alumé.
Il a estraint les dens, si a le cief crollé ;
5590Ni a baron tant rice qui ne [s]oit esfreé.[2]

  1. 5584 L serveront.
  2. 5590 L foit.