Page:Castets - La Chanson des quatre fils Aymon, 1909.djvu/607

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
579
les quatre fils aymon

Se Deu plaist et sa mere, nos le raplegeron.
Aallars, dist Renaus, et car nos descendon
Et si nos embunchon en ce bruillet reont.[1]
9890Bien sai qu’endementieres que as forces vendront,
Se François m’aperçoivent, maintenant s’en fuiront ;[2]
En une autre maniere mon frere m’ocirront.
Or nos traion arriere, si nos embunceron.
Quant il venront à forces, toutes pars asauron. »
9895Et cil ont respondu : « Vostre comment feron. »[3]
Lors se sunt embunchié en .i. brueillet reont.[4]
M 261A senestre s’enbunche Renaus, li fius Aymon,
Et Aallars à destre, qui molt est vaillans hom ;
En la queue derriere Amaugis, li larron,
9900O les .vii.c. archiers as ars turcois qu’il ont,[5]
Et jurent Dame Deu qui vint à passion,
De quel part que or viengne Richars, li fius Aymon,
Selonc le lor pooir, il le raplegeront.
Bien l’aves entendu, franc chevalier baron,[6]
9905Quant Renaus fu traïs es plains de Waucolors,
Où rois Yus le traï et vendi à Charlon ;
Puis n’ot roi en Gascoingne por cele traïson ;
Molt i sofri grant paine Renaus, li fius Aymon,
Apres s’ala combatre à Rollant le baron,
9910Si com aves oï es vers de la chançon,
Quant il ala secorre le riche roi Yon ;[7]
Illuec fu pris Richars, li fils au viel Aymon,
Si l’en mena Rollans, il et si compaignon,
Renaus n’avoit dormi, passé avoit tiers jor,[8]
9915Et çou est une chosse que ne puet porter hom.

  1. 9889 M Et en chel grant brueillet iluec nous embuschon.
  2. 9891 M s’aperchoivent.
  3. 9895 B M Et Guichars li frans hon. Pourquoi l’oublier ? On le retrouve v. 9917.
  4. 9896 B parfont. M ens u brueillet roont.
  5. 9900 B manque.
  6. 9904 M Com avez oï dire, segnors, en la canchon.
  7. 9911 M rescourre.
  8. 9914 B M Renaus n’avoit dormi. C il n’avoit dormi. L ne n’avoient dormi. Il s’agit de Renaud.