Page:Castets - La Chanson des quatre fils Aymon, 1909.djvu/985

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
957
appendice

Vo seror li donnastez et une ducheé].
Puis vous a fait batailles et estours afremés,
Aquitié[e]s les marches [et de lonc et de] lés.
Par ichel saint Apostre c’on quiert en Noion pré,
90Ne doi[s] porter couronne ne tenir royauté,
Se pour paor de mort les barons li rendes.
Encor n’aves perdu ne castel ne chité,
Chertez [on] vous tenroit pour traïste prouvé. »
Apres parla Antiaumez à la barbe flourie :
95« Gentix roys de Gascongne, cestui ne crees mie,
Enfin vous veut honnir qui tel conseil vous crie.
De Renaut, par mon chief, vous rai asses à dire.
Fiex fu d’un vavassor qui n’avoit ame ville,
Ains ne daigna servir le roy de Saint Denise.
100Tant devint orguellos par sa chevalerie,
Berthelot en ochist Renaus par estoutie.
El roiaume de Franche ne pot demourer mie.
Il s’en vint en Gascongne, qui en plor ne qui rie,
Et vous le retenistez voiant la baronnie.
105Vo seror li donnastez et une manandie.
Or est si orgueillous, ne sai que vous en die,
Que ne prise nul homme ne vostre cors meïsme.
Par mon chief, se il puet, il vous fera folie,
Si ne serez pas roys à la Paske flourie.
110Ne sai que che chelaisse ne je en menteïsse,
Delivres les à Kall. à la barbe flourie.
Si ferez moult que sages, par Diu le fil Marie ».
Apres parla Guimars, .i. dus qui tint Baionne :
« Gentis roys de Gascongne, par Diu qui fist le monde,
115Enfin vous veut honnir qui tel conseil vous donne.
Renaus fu fix Aimon, le boin nobile conte.
Je connuch bien le pere, [sachiez qu’il est] proudomme.
A tort li fist ochirre Klm. son oncle,
Si en prist la venganche à Berthelot le conte,
120Ja nus frans chevaliers ne doit tenir à honte.
Par ichel .s. apostre que on requiert à Romme,
Ites roys ne doit pas nul jour porter couronne
Qui pour paour de mort son baron abandonne.
[Renaus est si prodome, tos ses pers en sormonte]. »
125Apres parla Hunnaus qui le poil a chenu :
« Par Diu, sire Guimart, tu as ton sens perdu.
Quant tu verras cest resne gasté et confondu,
Et bersier maint castel et maint mur abatu,