Page:Cavalin - Considérations hygiéniques et médicales sur le transport par mer des animaux domestiques.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Comment faut-il placer les animaux dans les navires-écuries ?


Tous les auteurs qui ont écrit sur cette matière, ont recommandé de placer la tête des animaux du côté de l’intérieur du bâtiment, et la croupe face aux parois. Cependant, il semble évident que, sur les transports-écuries de l’état, l’animal dont la tête est tournée du côté des sabords, respire un air plus abondant, plus oxygéné que celui qui est placé dans le sens contraire.

En effet, l’air venant du dehors prend la température du milieu dans lequel il passe, il s’échauffe lui-même avant d’être aspiré par les poumons ; de sorte que, le cheval dont la tête est tournée vers l’intérieur, le reçoit au moins tiède, tandis que celui dont les naseaux sont en quelque sorte à l’orifice des sabords, reçoit directement l’air extérieur à peu près dans les mêmes conditions que si lui-même était à l’air libre.

M. Liguistin, pendant sa traversée d’Alger à la Vera-Cruz, a essayé comparativement ces deux positions, et il a pu voir que les chevaux qui avaient la tête tournée vers les sabords, se portaient mieux ; que leur transpiration était bien moins abondante, et que les glissades sous l’influence du roulis, étaient aussi bien moins fréquentes chez ces derniers, que chez ceux qui avaient la tête tournée vers l’intérieur du navire.

On a objecté contre cette méthode de placer les animaux, que les hommes seraient plus exposés aux coups