Page:Cavalin - Considérations hygiéniques et médicales sur le transport par mer des animaux domestiques.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





QUATRIÈME PARTIE

MALADIES QUI AFFECTENT LE PLUS SOUVENT LES ANIMAUX PENDANT LES TRAVERSÉES.

Mal de mer.


L’ivresse nautique, ou mal de mer, est caractérisée chez les grands animaux par de la tristesse, des baillements et un engourdissement général. L’animal cesse de manger, bave, appuie avec force la tête sur la mangeoire et son facies exprime la lassitude, l’accablement.

Cette indisposition, ordinairement de peu de durée, reparaît par le gros temps ou un fort roulis.

La tolérance de la mer s’opère plus rapidement chez le mulet que chez les autres animaux.

Traitement. — On expose, autant qu’on le peut, à l’air les animaux affectés, on diminue la ration ordinaire. On leur donne abondamment des barbottages acidulés avec quelques cuillerées de bon vinaigre ou un peu d’acide sulfurique et on leur administre des lave-