Page:Cavalin - Considérations hygiéniques et médicales sur le transport par mer des animaux domestiques.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Elles surviennent quelquefois pendant ou plus ou moins longtemps après un repas. Celles qui surviennent pendant que l’animal consomme sa ration, sont principalement dues à l’oscillation du navire, au repos, à l’usage d’aliments plus ou moins avariés, et à l’eau distillée qui leur sert de boisson. Elles n’ont pas de phénomènes précurseurs : les animaux cessent tout à coup de manger, tiennent la tête basse, souvent appuyée sur la mangeoire ; ils baillent, grattent le sol avec leurs pieds de devant, s’agitent, cherchent à se coucher et font des efforts pour évacuer. Si leurs efforts sont suivis de résultats, les coliques cessent mais souvent pour reprendre quelques heures après ou le lendemain.

Traitement. — Il faut administrer des lavements à l’eau tiède pure ou salée ; faire, s’il est possible, des frictions sèches sous le ventre et administrer aux animaux un ou deux litres d’infusion de thé ou de café, additionnée d’un peu de vin ou d’eau-de-vie.

Les infusions de thé ou de café peuvent être remplacées par celles de camomille, mélisse, sauge, cannelle, muscade et autres excitants aromatiques. Si les coliques persistent, on doit administrer un quart de litre d’huile d’olives ou de ricin, dans laquelle on met vingt à trente gouttes d’huile de croton.

Si malgré ce traitement, elles ne cèdent pas, il est probable qu’alors on a affaire aux coliques de sang ou coliques rouges, causées par une congestion vive de l’estomac ou de l’intestin.

Les symptômes décrits ci-dessus, acquièrent plus