Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
97
QUARTRIÈME PARTIE


xciv.Comment on doit travailler à l’huile sur fer, sur bois et sur pierre.

Tu peux peindre de même sur fer, sur toute espèce de pierre, sur toute espèce de bois ; toujours mettant d’abord un encollage ; et encore sur verre, et n’importe où tu voudras peindre.

xcv.Manière d’orner sur mur avec l’or ou l’étain.

Maintenant que je t’ai montré comment on peint à fresque, à sec, à l’huile, je veux t’enseigner comment on fait des ornements sur mur avec l’étain doré ou blanc ou avec l’or fin. Remarque avant tout qu’il faut employer l’argent le moins que tu peux, parce qu’il ne dure pas et devient noir, soit sur mur, soit sur bois ; sur mur il perd plus vite ; il change avant l’étain battu ou en feuilles. Garde-toi aussi de l’or de moitié, qui devient de suite noir.

xcvi.Comment il faut toujours se servir d’or fin et de bonnes couleurs.

La plupart sur mur ont l’habitude d’orner avec l’étain doré parce que la dépense est moindre. Moi je te donne ce conseil : efforce-toi de mettre toujours tes ornements en or fin, et sers-toi de bonnes couleurs, particulièrement dans la figure de Notre-Dame. Que si tu veux me répondre, Une personne pauvre n’en saurait faire la dépense, je te dirai : Si tu travailles bien, si tu mets le temps nécessaire à tes ouvrages, si tu emploies de bonnes couleurs, tu acquereras une telle réputation qu’une personne riche te viendra en aide et paiera pour la pauvre, et ton nom de bon coloriste sera tel que là où un maître aura d’une figure un ducat, tu en recevras deux. Et tu seras récompensé de ton intention. Comme dit le proverbe, quoique bien vieux, à travail