Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
112
TRAITÉ DE LA PEINTURE

plâtre fin là où il n’y a pas de ce gros plâtre qui demande un encollage plus fort ; ce plâtre est très-bon pour faire des reliefs et autres travaux dont on a souvent besoin ; mais quand tu fais de ce plâtre à relever, mets dedans un peu de bol d’Arménie, assez pour lui donner une légère couleur.

CXX.Comment il faut commencer à raser le panneau enduit de plâtre fin.

Quand tu as fini d’enduire de plâtre (ce qui veut être fait le jour même ; s’il le fallait, prends sur ta nuit jusqu’à ce que tout soit fini), laisse sécher deux jours et deux nuits pour le moins sans soleil : plus tu laisses sécher, mieux cela vaut. Aie une ponce pleine de charbon écrasé, liée comme une petite balle, et secoue le charbon sur le plâtre de ton panneau ; puis, avec une botte de plumes de poule ou d’oie, vas promenant également cette poussière noire sur tout ton plâtre. Ceci se fait, parce que la surface ne peut être grattée trop uni ; et le fer qui gratte le plâtre étant plat, là où il enlève, la place est blanche comme lait ; le noir t’indique où il te reste à gratter.

CXXI.Comment il faut racler le plâtre fin sur le panneau, et à quoi sert la raclure.

Aie d’abord un crochet large d’un doigt, et délicatement vas tout autour du plat, raclant la corniche tout d’une haleine.

Ensuite, avec ton outil arrondi, applanis autant que tu le peux ; ensuite d’une main légère, tenant ton crochet sans aucune raideur dans tes doigts, frotte le plat de ton tableau, poussant la poussière devant toi avec la masse de plumes. Sache que cette poussière est bonne pour enlever les taches d’huile sur le papier et les livres. De la même façon avec tes petits crochets