Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
114
TRAITÉ DE LA PEINTURE

de tes traits. Prends un vase à demi plein d’eau claire avec une goutte d’encre, et avec un petit pinceau d’écureuil pointu raffermis partout ton dessin. Puis aie une masse de plumes et fais partir du dessin toute la poussière de charbon. Puis aie une aquarelle de la dite encre, et avec un petit pinceau doux d’écureuil ombre les plis et les ombres du visage ; ainsi il te restera un dessin vaporeux qui rendra chacun amoureux de ton ouvrage.

CXXIII.Comment on doit dessiner les contours des figures sur fond d’or.

Quand tu as dessiné sur ton panneau, aie un poinçon tenu dans un fût pour creuser les contours de la figure sur les bords qui touchent au fond que tu dois dorer, les ornements que l’on doit faire sur les figures et certaines draperies qui doivent imiter les draps d’or.

CXXIV.Comment on établit sur panneau les reliefs en plâtre fin, et comment s’attachent les pierres précieuses.

Outre cela, prends de ton plâtre à faire des reliefs, en cas que tu veuilles relever des feuilles ou des frises, attache de ces pierres précieuses qui se mettent sur les frises devant ou Dieu le Père ou Notre-Dame, ou sur certains autres ornements qui embelliront beaucoup ton travail ; ces pierres se font avec des morceaux de verre de plusieurs couleurs : répartis-les selon tes besoins (ayant ton plâtre dans un vase placé sur de la cendre chaude, et un autre vase plein d’eau claire, chaude aussi ; d’autant que souvent tu dois travailler tes reliefs au pinceau, et ce pinceau doit être d’écureuil souple et un peu long) ; prends délicatement avec la pointe du dit pinceau de ton plâtre chaud et va avec