Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
116
TRAITÉ DE LA PEINTURE

CXXVI.Comment on peut établir des reliefs sur mur.

Je te parlerai encore des reliefs sur mur. Dans ces travaux il y en a de certains sur mur, soit ronds, soit des feuillages, qu’on ne saurait enduire à la truelle. Aie du sable et de la chaux bien tamisés ; mets-en dans une terrine, et avec un pinceau de grosses soies et de l’eau claire détrempe le tout bien comme une pâte, et donnes-en avec ledit pinceau plusieurs fois dans les endroits voulus. Ensuite polis avec la truelle, le tout sera bien enduit. Tu les travailleras à fresque ou à sec, comme je t’en ai parlé dans les travaux à fresque.

CXXVII.Comment, pour relever, on emploie la chaux sur mur de la même manière que l’on a employé le plâtre sur panneau.

Encore avec la susdite chaux un peu broyée sur la pierre, tu peux relever sur mur ce que tu veux, et cela de la même façon que celle enseignée pour le travail sur panneau ; seulement la chaux s’emploie à froid.

CXXVIII.Comment d’une empreinte de pierre on tire des reliefs qui sont bons sur mur et sur panneau.

Tu peux encore avoir une pierre sculptée ou taillée en compartiments à ta convenance. Graisse-la de lard ou de saindoux. Aie de l’étain battu, place-le sur le moule, et sur l’étain de l’étoupe mouillée ; avec un maillet de bois de saule tu battras autant que tu pourras. Alors aie du gros plâtre broyé avec de la colle, et avec un bâton remplis ce moulage. Tu pourras t’en servir pour orner sur mur, sur coffres, sur pierre, sur ce que tu voudras. Si tu mets du mordant sur l’étain, quand il tirera un peu tu doreras à l’or fin. Attache-le ensuite sur mur, quand il est sec, avec la poix de navire.