Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
124
TRAITÉ DE LA PEINTURE

CXL.Comment tu dois contourner les diadèmes, grener sur l’or, et retailler les contours des figures.

Quand ton panneau est bruni et achevé, il te faut d’abord reprendre le compas, tourner les auréoles ou diadèmes, grainer sur les bords d’aucunes frises, les grainer avec de petites empreintes qui donnent un grand brillant, orner avec d’autres empreintes et grainer s’il y a des feuilles ; de tout ceci il faut que tu voies un peu pratiquer. Quand tu as ainsi retrouvé les contours des diadèmes et frises, prends dans un petit vase un peu de blanc de plomb bien broyé avec de la colle préparée, et avec un petit pinceau d’écureuil recouvre et retaille les ligures hors du champ en suivant les lignes de contour que tu as gratté avec le poinçon avant de mettre le bol. Si tu veux encore faire sans retailler avec le blanc au pinceau, prends tes petits outils de fer et racle l’or qui dépasse sur ta figure. Ce genre de travail sera meilleur.

CXLI.Comment tu dois faire une étoffe d’or, et noir ou vert, ou de quelque couleur que tu voudras sur fond d’or.

Avant de commencer à colorer, je veux te montrer à faire un drap d’or. Si tu veux faire un manteau, une jupe de femme ou un coussin de drap d’or, mets l’or avec le bol et gratte les plis du vêtement à la façon que je t’ai démontrée pour faire les fonds ; puis, si tu veux faire un drap rouge, détache sur cet or bruni les plis avec le cinabre. Si tu veux le faire obscur, emploie la laque. Si tu veux faire le rouge tirant sur le jaune, sers-toi du minium, toujours avec la tempera au jaune d’œuf. Ne frotte sur ton panneau ni trop fort ni trop souvent. Laisse sécher et donne pour le moins deux couches. Tu agiras de même pour faire vert, noir ou de