Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
125
SIXIÈME PARTIE

quelque couleur que tu voudras. Mais si tu voulais le faire d’un bel azur d’outremer, couvre d’abord l’or avec du blanc encollé au jaune d’œuf. Quand il est sec, tempère ton bleu d’outremer avec un peu de colle et un peu de jaune d’œuf, à peine deux gouttes, mets sur le blanc deux ou trois couches de ce ton, laisse sécher. Puis, selon les plis que tu veux faire, ponce ton carton, car tu as dû dessiner d’abord sur papier, le piquer gentiment avec une aiguille, en ayant soin de tendre ce papier sur une toile ou un drap, à moins que tu veuilles piquer sur une planche d’arbre ou de tilleul, ce qui vaut mieux que la toile. Quand tu as piqué, aie de la poussière selon la couleur sur laquelle tu dois poncer. Si c’est une draperie blanche, ponce avec de la poussière de charbon liée dans un morceau de toile. Si c’est une draperie noire, ponce avec du blanc préparé de même, et sic de singulis.

Fais tes modules de manière à ce qu’elles répondent bien à chaque face.

CXLII.Comment on dessine, gratte et grène une draperie d’or ou d’argent.

Ayant poncé ta draperie, aie un petit stylet de bouleau, de bois dur ou d’os pointu, comme le stylet propre à dessiner d’un côté et de l’autre plat pour gratter. Avec la pointe de ce stylet, dessine et recherche les contours de tous tes plis, avec l’autre côté gratte et fais tomber avec précaution la couleur, ayant soin de ne pas érailler l’or. Gratte ce que tu voudras, le champ, les vêtements ou les accessoires ; ce que tu découvres, graine-le ensuite avec la rosette. Si dans de petits traits tu ne pouvais faire entrer la rosette, aie un petit poinçon de fer pointu comme le crayon à dessiner : en employant ces moyens, tu commenceras à savoir com-