Page:Cennino Cennini - Traité de la peinture, 1858.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
37
PREMIÈRE PARTIE

adresse qui te rendront capable de faire sortir bien des choses de ta tête.

xiv.00Comment il faut tailler sa plume pour dessiner.

Nous nous permettrons de passer cet alinéa qui n’apprendrait rien à personne,

xv.00Comment on arrive au dessin sur papier teinté.

Pour venir à la lumière pas à pas et commencer à ouvrir la porte qui conduit à la coloration, il faut choisir une autre manière de dessiner que celle que nous avons décrite ci-dessus. Cette manière se nomme dessiner sur papier teinté, soit sur parchemin, soit sur papier ordinaire. Si tu veux les teindre, l’un et l’autre se teignent de la même manière, avec la même tempera, soit que tu fasses la teinte ou rougeâtre, ou couleur de lin, ou verte, ou azurine, ou grisâtre, ou incarnat, ou comme tu la voudras, toutes veulent les mêmes tempere et le même temps pour broyer la couleur, et sur toutes on dessine de la même façon. Il est vrai que la teinte verdâtre est la plus répandue et celle de beaucoup dont on use le plus, soit pour ombrer, soit pour relever de blanc. Bien que plus tard je montrerai la manipulation des couleurs, leur nature et leurs mélanges, je te donnerai ici brièvement un moyen facile pour teindre les papiers dont tu as besoin pour dessiner.

xvi.00Comment se fait la teinte verte pour le papier à dessiner,
et comment on l’emploie.

Quand tu veux teindre une feuille de parchemin ou de papier ordinaire, prends une demi-noix de terre verte, moitié de cette quantité d’ocre et un quart de blanc en pain, la valeur d’une fève d’os, de ce même