Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE ClfVMFORT. Q

— «La manière dont je vois distribuer l’éloge et le blâme, disait M. de B...., donnerait au plus honnête homme du monde Tenvie d’être diffamé.»

— Une mère, après un trait d’entêtement de son fils, disait que les enfans étaient très-égoïstes. <( Oui, dit M...., en attendant qu’ils soient polis.»

— On disait à M.... :« Vous aimez beaucoup la con- sidération. » Il répondit ce mot qui me frappa : « Non, j’en ai pour moi, ce qui m’attire quelque- fois celle des autres.»

— On compte cinquante-six violations de la foi publique, depuis Henri iv jusqu’au ministère du cardinal de Loménie inclusivement. M. D.... appliquait aux fréquentes banqueroutes de nos rois, ces deux vers de Racine :

\

Et d’un trône si saint la moitié n’est fondée Que sur la foi promise, et rarement gardée.

— On disait à M...., académicien : « Vous vous marierez quelque jour.» Il répondit : « J’ai tant plaisanté l’académie, et j’en suis ; j’ai toujours peur qu’il ne m’arrive la même chose pour le ma- riage. »

— M.... disait de mademoiselle...., qui n’était point vénale, n’écoutait que son cœur, et restait fidèle à l’objet de son choix : « C’est une per- sonne charmante, et qui vit le plus honnêtement qu’il est possible, hors du mariage et du célibat. »

— Un mari disait à sa femme : « Madame, cet