Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/262

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CHAMFORT. 25 I

ne peut suffire à toutes les demandes, à toutes les plaintes. On forme ini comité permanent, qui doit rester assemblé jour et nuit poiu* réta- blir la tranquillité publique. On crée différens bu- reaux, afin de pourvoir aux différens objets de sûreté ou d’utilité, subsistances, formation de milice parisienne, etc. On arrête provisoirement qu’elle sera de quarante-huit mille hommes ; me- sure sage, qui augmenta la confiance et rassura les esprits timides. Toutes ces délibérations se prenaient en présence du peuple, dont une par- tie remplissait la salle, tandis que le grand nombre faisait retentir la place de Grève d’acclamations, à l’arrivée des grains, des canons, des soldats, des voituj-es chargées de meubles et d’effets. Cette

o

place semblait tour-à-tour un camp, un marché, lin port, un arsenal.

Telles étaient les opérations achevées avant deux heures; et celles de l’après-midi ne furent ni moins rapides ni moins étonnantes.

Effectuer la formation de la milice parisienne ; en promulguer le règlement à l’instant même ; nommer les principaux chefs ; entendre tous les renseignemens donnés par le lieutenant de police; recevoir l’adhésion de tous les districts, de toutes les corporations, aux arrêtés du matin; accepter les offres patriotiques de plusieurs com- pagnies de gardes-françaises; députer à quelques autres, aux troupes étrangères; entendre le récit des députés de la ville à rassemblée nationale, et