Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/362

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DR en \M FORT. 35 I

VINGT-DEUXIEIVIE TABLEAU.

Service à Saint-Tacqnes-THôpifal, le 5 aoiit 1789, en l’iioiinenr de ceux qui sont nioits au siige de la Bastille. — iJermon de l’abbé Fauchet.

Ij’assfmbtïe nationale, après avoir échappé au pièoe qu’on lui tendait, après avoir refusé de qualifier de rébellion les mouvemens populaires, ne sentit pas moins la nécessité de mettre fin à la terrible dictature que venait d’exercer le peuple, et qui ne pouvait se prolonger sans que la société fût dissoute. Elle adopta la proclamation pro- posée par M. Lalli-Tolendal, sagement amendée, et qui n’était plus qu’une invitation à la paix. INIais ce moyen de douceur fut accompagné de toutes les mesures qui pouvaient le rendre efficace. Le même orateur qui l’avait conseillé, fit sentir que la cause principale du désordre de Paris, était l’existence illégale du pouvoir des électeurs, com- mandant sans délégation, après que leur mission était consommée, d’où résultait dans les districts une lutte d’opinions, une suite de décisions con- tradictoires, et par conséquent une véritable anarchie. Le remède à ce mal et à ceux qui en dérivaient, ne pouvait être que dans la création d’une municipalité capable en même temps d’of-