Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/425

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


4l4 OEUVRES

vertus, les talens, les exploits et les malheurs de Frédéric ii ; elle le montre portant dès le berceau le poids de la haine des papes ; achetant deux fois son couronnement par le vœu forcé d’une croi- sade ; excommunié pour avoir différé son départ; excommunié de nouveau pour être parti excom- munié ; chargé d’un troisième anathéme dans le temps où ce prince délivrait les lieux saints ; déposé par une bulle appuyée d’une croisade, qu’un pape en personne prêchait contre lui dans la chaire de Saint-Pierre : déposition dont l’inimitié ambitieuse du pontife fit retentir l’Eu- rope, et que son orgueil notifia même au sultan de Babylone.

La Sicile, témoin comme l’empire des infor- tunes de son maître, le fut constamment des périls attachés à sa personne, dans le voisinage de son ennemi le plus implacable ; elle le vit en but aux fureurs et aux trahisons, dont l’ascendant sacré des papes l’environnait de toutes parts, chercher, au milieu d’une garde mahométane, un rempart inaccessible aux attentats de la superstition ; après cinquante ans de malheurs causés par le saint- siége, ce prince mourut, et mourut absous.

Le pape Innocent iv profita de la mort de son ennemi, pendant que Conrad, l’héritier du trône, était en Allemagne. Il entre en Sicile comme dans un territoire de l’église, excite à la révolte la Pouille, la terre de Laboin% et fait déclarer en sa faveur Naples et Capoue.