Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


4G ŒUVRES

— On a dit, sur le résultat du conseil de guerre tenu à Lorient pour juger l’affaire de M. de Grasse: Vannée innocentée, le général innocent, le ministre hors de cour, le roi condamné aux dépens. Il faut savoir que ce conseil coûta au roi quatre millions, et qu’on prévoyait la chute de M. de Castries.

— On répétait cette plaisanterie devant une assemblée de jeunes gens de la cour. Un d’eux, enchanté jusqu’à l’ivresse, dit en levant les mains après un instant de silence et avec un air pro- fond : « Comment ne serait-on pas charmé des grands événemens,des bouleversemens même qui font dire de si jolis mots ? » On suivit cette idée, on repassa les mots, les chansons faites sur tous les désastres de la France. La chanson sur la ba- taille d’Hochstet fut trouvée mauvaise, et quel- ques-uns dirent à ce sujet : « Je suis fâché de la perte de cette bataille, la chanson ne vaut rien. »

— Il s’agissait de corriger Louis xv, jeune en- core, de l’habitude de déchirer les dentelles de ses courtisans ; M. de INIaurepas s’en chargea. Il parut devant le roi avec les plus belles dentelles du monde; le roi s’approche, et lui en déchire une ; M. de INIaurepas froidement déchire celle de l’autre main, et dit simplement : « Cela ne m’a fait nul plaisir. » Le roi surpris devint rouge, et depuis ce temps ne déchira plus de dentelles.

— Beaumarchais, qui s’était laissé maltraiter par le duc de Chaulnes sans se battre avec lui,