Page:Chamfort - Maximes, Pensées, Caractères et Anecdotes, 1796, éd. Ginguené.djvu/186

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
122
de l’esclavage,

on puisse donner comme définition que le mal est ce qui nuit ; on ne peut pas dire que le bien est ce qui sert ; car ce qui sert un moment peut nuire long-tems ou toujours.

Lorsque l’on considère que le produit du travail & des lumières de trente ou quarante siècles, a été de livrer trois cents millions d’hommes, répandus sur le Globe, à une trentaine de Despotes, la plûpart ignorans & imbéciles, dont chacun est gouverné par trois ou quatre scélérats, quelquefois stupides ; que penser de l’humanité, & qu’attendre d’elle à l’avenir ?

Presque toute l’Histoire n’est qu’une suite d’horreurs. Si les Tyrans la détestent, tandis qu’ils vivent, il semble que leurs successeurs souffrent qu’on transmette à la postérité les crimes de leurs devanciers, pour faire diversion à l’horreur qu’ils inspirent eux-mêmes. En effet, il ne reste guère, pour consoler les Peuples, que de leur apprendre que leurs Ancêtres ont été aussi malheureux, ou plus malheureux.

Le caractère naturel du Français est composé des qualités du Singe & du Chien couchant. Drôle, & gambadant comme le Singe, & dans le fond, très-malfaisant comme lui ; il est comme le Chien de