Page:Champfleury-Baudelaire-Toubin - Le Salut public, 1970.djvu/8

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

ment de ses droits de citoyen dans le cœur


----


LE CONSTITUTIONNEL EST SCANDALISÉ !

Le Constitutionnel se résigne ; c’est bien de sa part ; c’est généreux. Le Constitutionnel promet d’être bon citoyen.

Odilon Barrot, la grosse poupée de carton, et Thiers, ce singe de foire, pardonnent au Peuple de n’avoir pas voulu se laisser voler. Que pense le Peuple de leur pardon ?


----


LES ARTISTES RÉPUBLICAINS.

Les peintres se sont bravement jetés dans la révolution ; ils ont combattu dans les rangs du Peuple.

À l’Hôtel-de-Ville des artistes portaient sur leurs chapeaux, écrit en lettres de sang, le titre d’artistes républicains ; deux d’entre eux sont montés sur une table et ont harangué le Peuple.

On parlait d’une manifestation qui devait se produire au Louvre contre l’Académie de peinture qui, depuis dix-huit ans, a bu tant de larmes, a tué tant de jeunes talents par la faim et la misère. Mais les sots vieillards, architectes, musiciens, arpenteurs et géomètres sont à bas aujourd’hui.

Ne leur donnons pas le coup de pied de l’âne.


----


RÉOUVERTURE DES THÉÂTRES.

Les théâtres rouvrent.

Nous avons assez des tragédies ; il ne faut pas croire que des vers de douze pieds constituent le patriotisme ; ce qui convenait à la première révolution ne nous suffit plus.

Les intelligences ont grandi. Plus de tragédies, plus d’histoire romaine. Ne sommes nous pas plus grands aujourd’hui que Brutus, etc. ?


----


BONNES NOUVELLES !

L’ex-roi et sa famille voguent vers l’Angleterre. Ils y sont sans doute arrivés. Que le Peuple n’ait pas peur, l’Angleterre n’osera rien pour le dernier des Bourbons.

— Pour de bon, les rois s’en vont ! Léopold est en fuite. La Belgique s’est proclamée française.

— On voulait intimider le citoyen Rotschild et le faire fuir : comme si le Peuple souverain volait des écus. Il ne prend que ses droits. Rotschild a répondu : « J’ai confiance dans le nouveau Gouvernement et je reste. » Bravo !

= Une Assemblée nationale sera convoquée aussitôt que le Gouvernement provisoire aura réglé les mesures d’ordre et de police nécessaires pour le vote de tous les citoyens.

= La République française est proclamée à Dijon.

— Honneur a Pie IX ! Voici de grandes paroles qu’il a prononcées récemment : « Ce sont les édifices anciens qui ont besoin de fondements nouveaux. »

— Hier, deux prêtres enjambaient une barricade ; des hommes du Peuple les insultent ; un plus grand nombre les défend. Cette haute raison du Peuple est merveilleuse.

— Plus beau encore. On trouve dans la chapelle des Tuileries un remarquable Christ en bois. Quelqu’un s’écrie : C’est notre maître ! chapeau bas ! — Tout le monde se découvre et on porte le christ en procession à Saint-Roch.

Décidément la Révolution de 1848 sera plus grande que celle de 1789 ; d’ailleurs elle commence où l’autre a fini.

VIVE LA RÉPUBLIQUE !


----


Les rédacteurs : Champfleury, Baudelaire et Toubin.

Imp. Ed. Bautruche, r. de la Harpe, 90.