Page:Champlain - Oeuvres de Champlain publiées sous le patronage de l'Université Laval, Tome 1, 1870.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gard, Pont-Gravé avait alors environ soixante-cinq ans. Si l’on suppose que Champlain avait douze ans de moins, on trouve qu’il était, en 1619, âgé de cinquante-deux ans environ ; ce qui reporte sa naissance à 1567.

Champlain naquit à Brouage en Saintonge. Suivant la même Biographie Saintongeoise, il était issu d’une famille de pêcheurs. Si cette assertion est fondée, il faut en conclure que ses parents réussirent, par leur mérite personnel ou par leur industrie, à s’élever au-dessus de leur humble profession ; car, dans le contrat de mariage de Champlain, passé en 1610, son père, Antoine de Champlain, est qualifié capitaine de la marine[1]. Le même document nous apprend que sa mère s’appelait Marguerite Le Roy. Il reçut au baptême le nom de Samuel[2] ; du moins, c’est le seul qu’il prenne dans le titre de ses ouvrages, et les documents contemporains s’accordent à ne lui en point donner d’autre.

Dès ses premières années, Champlain se sentit une vocation particulière pour la carrière aventureuse de la navigation. « C’est cet art, » dit-il dans une épître adressée à la reine régente, et imprimée

  1. C’est là, suivant nous, toute la noblesse du père de Champlain. L’auteur de l’Histoire de la Colonie française en Canada prétend que, si Henri IV anoblit le fils, il anoblit aussi le père ; et, pour le prouver, il invoque le passage suivant du même contrat de mariage : noble homme Samuel de Champlain… fils de feu Antoine de Champlain vivant capitaine de la Marine, qu’il cite comme suit : homme noble de Champlain, fils de noble Antoine. On remarquera que le texte du contrat ne dit pas homme noble, mais noble homme. À peu près toutes les familles du Canada, en recourant à leurs anciens titres, pourront constater qu’elles descendent de même d’un noble homme qui ne reçut jamais de lettres de noblesse.
  2. De ce que le nom de Samuel, donné à Champlain, était, paraît-il, inusité alors chez les catholiques, et en honneur chez les protestants, l’auteur de l’Histoire de la Colonie française en Canada insinue que Champlain aurait bien pu naître calviniste. Il y avait, ce semble, une insinuation plus naturelle à faire : c’est que, dans cette hypothèse, le père et la mère de Champlain avaient dû apostasier ; car son père s’appelait Antoine, et sa mère Marguerite, deux noms tout à fait catholiques.