Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
47
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

plateaux qui couronnent les montagnes, ainsi que celles qui en recouvrent les flancs, doivent avoir une autre origine.

L’action continue de l’air et de l’eau dans ces derniers cas a pu seule produire ces résultats ; cette action a dû être très-lente, et les effets en seraient à peine sensibles au bout de plusieurs siècles, si d’autres agens ne s’étaient réunis aux premiers pour hâter la décomposition de ces roches et les convertir en terre productive.

La décomposition de ces roches doit être d’autant plus rapide, qu’elles sont moins compactes et plus perméables à l’eau ; elle est plus lente lorsque les terres qui les composent sont mieux liées entre elles, qu’elles ont peu d’affinité avec l’air et l’eau, et qu’elles repoussent toute combinaison avec ces agens.

Pour nous rendre raison de l’action de l’air et de l’eau sur les roches dont nous parlons, il faut considérer que plusieurs d’entre elles contiennent de la chaux qui est très-incomplètement saturée, et du fer oxidé, pour l’ordinaire, au minimum : de sorte que la chaux tend continuellement à enlever à l’air son acide carbonique, tandis que l’oxide de fer se com-