Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
59
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

lorsque le sol n’est plus formé que par le mélange de ces matières réduites en poussière, il cesse d’être productif : alors il n’a plus de consistance ; l’eau le réduit en une véritable boue, la chaleur en lie et en resserre tellement les parties, que l’air n’y a plus d’accès, et que les racines ne peuvent plus remplir leurs fonctions. M. Davy a observé que tout sol composé de de matières impalpables était complétement stérile : les fumiers peuvent momentanément corriger ces défauts ; mais comme l’effet en est passager, il convient mieux de mêler à ces sols appauvris le sable et le gravier dont ils manquent, pour rétablir leur fertilité.

Il paraît que les trois terres qui forment la base des sols fertiles peuvent passer dans les plantes : Bergmann l’avait prouvé par l’analyse de plusieurs espèces de graines, et Ruckert nous a donné les résultats de ses recherches sur une suite de produits végétaux, qui ne laissent pas de doute à ce sujet. Cent parties environ de cendres bien lessivées, et conséquemment dégagées de presque tous leurs sels, lui ont donné :