Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
65
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

à l’air, elle présente des phénomènes qui varient selon sa qualité.

En général, la marne se divise par l’action combinée de l’air et de l’eau, et elle se réduit en poudre ; mais la décomposition est bien plus prompte et plus complète lorsque les deux terres y sont dans des proportions convenables, que lorsque l’une d’elles y est trop dominante.

L’eau ramollit et délaie peu-à-peu l’alumine ; l’air dépose son acide carbonique sur la chaux qui n’en est pas encore complètement saturée ; l’oxigène se porte sur le fer, qui est presque inséparable des marnes, et augmente son oxidation ; de sorte qu’il se produit un véritable changement dans la nature de cette terre, et la marne acquiert des propriétés qu’elle n’avait pas ; elle devient pulvérulente, et c’est dans cet état qu’on l’emploie pour amender et féconder d’autres terres.

Lorsque la marne est fortement argileuse, le feu la durcit et la rend sonore comme la poterie bien cuite ; lorsqu’elle est calcaire presqu’en entier, le feu la convertit en chaux, et