Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
76
CHIMIE

chaque cep de vigne en creusant tout autour une fosse circulaire assez large et assez profonde pour mettre à nu une grande partie du pied de la souche et les radicules qui le recouvrent : les feuilles des sarmens ne tardent pas à recouvrir l’ouverture de cette fosse. Il est évident que cette méthode n’a pas d’autre avantage que de faciliter l’accès de l’air jusqu’aux racines, pour qu’il y dépose la rosée abondante dont il est plus chargé dans ces climats que dans d’autres plus froids : s’il n’en était ainsi, cette pratique disposerait la plante à être desséchée par l’ardeur continue et dévorante du soleil.

Mais les sols n’ont pas tous la même affinité avec l’eau, ce qui tient aux divers degrés de ténuité ou de division de leurs parties constituantes et à la nature des substances qui entrent dans leur composition.

En général, plus les parties d’un sol sont divisées mieux elles absorbent l’eau.

On peut ranger dans l’ordre suivant la propriété absorbante que possèdent les élémens qui composent un sol fertile :

Substances végétales,