Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
92
CHIMIE

être frappé de stérilité, si les sels y sont trop abondans.

Des labours bien entendus concourent puissamment à la fertilité des sols ; mais pourqu’ils produisent de bons effets, il faut avoir égard à des circonstances, qu’on néglige trop souvent.

Les labours divisent et ameublissent le sol ; ils en mêlent exactement les principes constituans, font périr les mauvaises herbes et les disposent à se pourrir ; ils purgent la terre des insectes qui s’y sont multipliés.

Les labours doivent donc être plus nombreux et plus soignés dans les terres compactes que dans les terres légères et poreuses ; ils ne doivent être donnés aux sols argileux que lorsque la terre est sèche : si on les pratique sur un sol de cette nature, lorsque la terre est imbibée d’eau et forme une pâte molle, on ne fait que retourner le sol sans produire aucun des bons effets du labourage : on trace alors des sillons dans la boue. Les terres sablonneuses ou calcaires peuvent être labourées en tous temps.

Les labourages profonds sont très-avanta-