Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
103
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

santes et en général d’un sable fin et siliceux ; on verse sur un filtre le liquide trouble qui surnage ; les terres et quelques sels peu solubles restent sur le filtre, et l’eau chargée de tout ce qui est dissous, coule dans le vase destiné à la recevoir.

Voilà donc dans cette opération trois produits bien distincts l’un, qui forme le dépôt qui s’est précipité au fond du vase où s’est faite l’ébullition ; c’est sur-tout le sable le plus menu, presque uniquement formé de silice ; l’autre, qui est resté sur le filtre, et qui contient le mélange des terres et des sels insolubles ; et le troisième, qui tient en dissolution tous les sels et les matières animales et végétales susceptibles d’être dissoutes par l’eau bouillante.

On sèche d’abord avec soin les deux premiers produits, et on en détermine le poids ; on procède ensuite à l’examen de chacun, pour parvenir à connaître la nature et les proportions des substances qui les composent.

J’ai déjà fait observer que le dépôt ou le premier produit n’était composé que de silice : s’il en était autrement, on peut s’en assurer