Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
IX
PRÉLIMINAIRE.

L’état naturel des corps est donc dû à l’action combinée de la loi d’affinité qui rapproche leurs élémens, et de celle du fluide interposé de la chaleur qui les sépare et les éloigne.

Les variations de température qu’éprouve l’atmosphère dans les diverses saisons de l’année, suffisent pour opérer des changemens de consistance sur quelques corps : l’eau se présente à nous sous la forme de solide, de liquide ou vapeur, selon ces variations.

L’homme qui dispose à son gré du fluide de la chaleur, peut produire des changemens notables dans l’état naturel des corps : il augmente ou diminue à volonté leur consistance, et les fait passer réciproquement à l’état solide ou liquide, selon qu’il ajoute ou qu’il extrait de ce fluide.

Les changemens qui s’opèrent par l’addition ou la soustraction du fluide