Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
129
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

la chaux, etc., et l’on en forme des engrais très-actifs, sur-tout dans les terres froides.

Les os sont devenus aujourd’hui, entre les mains de l’agriculteur, un puissant moyen de fertiliser les terres.

Ces parties animales sont principalement composées de phosphate de chaux et de gélatine.

En général, les os qu’on est le plus dans le cas d’employer, contiennent moitié de phosphate et moitié de gélatine ; on retire des os de bœuf cinquante à cinquante-cinq pour cent de gélatine, de ceux de cheval trente-six à quarante, et de ceux de cochon quarante-huit à cinquante.

Les os contiennent d’autant plus de gélatine que l’animal est plus jeune, et que le tissu de l’os est moins compacte. Les os des pieds de l’élan, du cerf, du chevreuil, du lièvre donnent, à l’analyse, quatre-vingt-cinq à quatre-vingt-dix pour cent de phosphate.

Pour employer les os comme engrais, il faut les broyer avec soin sous la meule, en former des tas, et laisser développer un