Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/213

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
147
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

tières salines qu’on y trouve sont, pour la plupart, sans altération, et telles que le sol les a fournies.

Quelle que soit la variété que nous présentent les produits végétaux, les élémens qui les composent sont peu nombreux ; on n’y trouve que de l’oxigène, du carbone, de l’hydrogène et de l’azote, combinés dans des proportions différentes ; quelques centièmes en plus ou en moins dans les proportions de ces principes constituans, établissent souvent une différence immense entre les produits. C’est ce qui fait que, la plus légère altération produite dans les organes donne lieu à la formation de nouveaux composés qui ne ressemblent plus aux premiers.

Personne n’a contesté jusqu’ici que les sucs les huiles, les résines, la fibre et autres parties essentiellement végétales, ne fussent un résultat du travail des divers organes de la plante, et que les élémens de ces composés ne fussent ceux des corps dont la plante se nourrit et qu’elle combine d’une manière particulière et conforme à son organisation ; il n’y a donc en tout cela aucune création, il y