Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
152
CHIMIE

À mesure que la recomposition s’opère, la chaux perd les propriétés qu’elle avait acquises par l’action du feu ; elle cesse d’être âcre, caustique et brûlante ; sa solubilité dans l’eau diminue, et son affinité pour ce liquide devient presque nulle.

C’est sur-tout la chaux éteinte à l’air qu’on emploie en agriculture ; la chaux vive détruirait les plantes, à moins qu’elle ne soit combinée avec des engrais qui en modèrent l’action, ou avec des corps qui puissent lui fournir de l’acide carbonique pour la saturer.

Nous devons à M. Davy des expériences qui jettent un grand jour sur la manière d’agir de la chaux dans la végétation : il a prouvé que les matières fibreuses végétales, épuisées de toutes les parties que l’eau peut en dissoudre, présentaient de nouveau des parties solubles après qu’on les avait laissées macérer avec la chaux pendant quelque temps.

Ainsi, toutes les fois qu’on veut approprier à la nourriture des plantes les bois secs et les racines ou tiges fibreuses des plantes, l’emploi de la chaux peut être très-efficace. La pierre à chaux broyée et la chaux complète-