Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
157
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

mélange de la chaux avec la terre doit en opérer la destruction sur-le-champ. Il n’est pas douteux encore que quelques plantes échapperaient à tous les remuemens de terre et saliraient le sol et les récoltes, tandis que par la chaux on les fait promptement périr.

Il suit donc évidemment de ce qui précède, que la chaux ne peut produire ces effets qu’autant qu’on l’emploie à l’état caustique ; et pour cela on peut la préparer comme il suit :

On jette de l’eau sur les pierres de chaux, qui absorbent ce liquide avec avidité : il se produit de la chaleur ; il s’exhale de la fumée ; la pierre se fendille, etc. On humecte jusqu’à ce que les pierres soient divisées en fragmens ; peu-à-peu la masse entière est réduite en une poudre sèche, impalpable, et c’est dans cet état qu’il faut l’employer.

Pour préserver l’agriculteur des mauvais effets que produit sur la poitrine cette poudre volatilisée, on peut la mêler avec de la terre humide et l’employer en cet état. À mesure qu’on répand la chaux sur le sol il faut l’enterrer à la charrue pour lui conserver toutes ses propriétés.