Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XIII
PRÉLIMINAIRE.

l’action réciproque des corps est constamment réglée par les lois immuables de la nature ; mais le chimiste peut, à son gré, disposer de ces mêmes corps dont il connaît les affinités respectives ; il peut les combiner dans toutes les proportions, les soumettre à tous les degrés de température, les soustraire à l’action des agens extérieurs, augmenter ou diminuer l’énergie de chacun d’eux, et produire des résultats que la nature, dans sa marche constante et régulière, ne produit pas. C’est en vertu de cette faculté que la chimie forme chaque jour de nouveaux composés, et qu’elle a enrichi l’industrie et l’économie domestique d’une immense quantité de produits qui, sans le secours de cette science, eussent été éternellement inconnus.


La matière brute et inorganique n’o-