Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XII
DISCOURS

qu’entre les élémens que leurs affinités rapprochent, et qu’il y a décomposition, toutes les fois qu’on présente à un composé un élément qui, ayant plus d’affinité avec l’un des principes constituans, déplace l’autre.

On sent déjà combien il importe à celui qui veut étudier les opérations de l’art et de la nature, de connaître les degrés d’affinité qu’ont entre eux les divers élémens qui peuvent entrer dans les combinaisons.

Comme la chimie dispose à son gré de presque tous les agens que la nature emploie, elle peut la suivre dans son travail, lors même qu’elle ne peut pas l’imiter dans tous ses produits. Elle connaît les matériaux qu’elle emploie, et peut souvent les lui fournir et faciliter son action ; elle peut prévenir ses aberrations en détournant avec art les causes qui les produisent ; en un mot,