Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
174
CHIMIE

accès facile à l’air atmosphérique, pour qu’il pénètre la graine, et opère sur elle de la manière que nous avons déjà indiquée.

Il suit de ce que je viens d’exposer, que la germination ne peut convenablement s’opérer qu’autant que l’air atmosphérique peut pénétrer jusqu’à la graine, et qu’il n’y a de germination, ni dans le cas où la graine est trop profondément enterrée, ni dans celui où une terre compacte et fortement tassée ne permet pas à l’air de pénétrer dans l’intérieur.

Il suit de ces principes que lorsque la terre reste long-temps recouverte par une couche d’eau non renouvelée, les graines doivent pourrir au lieu de germer.

Il suit encore de ces principes qu’une graine placée dans une terre sèche ne pourra pas germer si elle n’est pas humectée.

L’impossibilité où sont les graines de germer lorsqu’elles sont trop profondément enterrées, explique pourquoi, à la suite de profonds labours, on voit quelquefois se développer des plantes de la nature de celles qu’on a cultivées sur le même terrain quelques années auparavant ; et la sécheresse plus