Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/247

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
181
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

gueur de la galerie ; ceux de l’entrée étaient colorés en jaune ; leur tissu était si compacte, qu’on avait de la peine à le rompre à la main ; à mesure qu’on avançait, la couleur jaune rougeâtre s’affaiblissait, le tissu devenait plus mou et plus lâche ; et au fond de la galerie, où la lumière ne parvenait pas, les champignons, quoique aussi volumineux, étaient parfaitement blancs et presque sans consistance, à tel point qu’en les pressant avec la main, on n’en retirait qu’un liquide et peu de tissu fibreux. Je remplis des bouteilles de ces derniers, et je pris dans ma main deux ou trois de ceux qui végétaient au milieu et à l’entrée de la galerie. L’examen comparé de ces produits ne m’a présenté, pour ceux du fond, que de l’eau saturée d’acide carbonique, une petite quantité de mucilage et un peu de parenchyme fibreux nageant dans le liquide : la proportion de l’acide a été beaucoup moins forte, et celle du tissu ligneux bien plus considérable dans les champignons cueillis vers le milieu, et sur-tout dans ceux qui ont été pris à l’entrée. Les champignons du fond de la galerie ne contenaient donc que les