Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
186
CHIMIE

dissent pendant l’hiver, et se nourrissent de la graisse qui s’est déposée dans leur tissu cellulaire pendant l’automne.

Les plantes marécageuses, qui sont presque constamment enveloppées dans une atmosphère de vapeurs, consument moins de gaz oxigène que la plupart des autres plantes à tige herbacée.

En général, les plantes absorbent d’autant plus d’oxigène, qu’elles végètent dans un sol plus fertile et dans un air qui en contient davantage sous le même volume. Ces résultats sont déduits des nombreuses expériences de M. de Saussure.

Les racines saines, séparées de leurs tiges et mises sous une cloche de verre, diminuent le volume de l’air atmosphérique, et forment de l’acide carbonique avec le gaz oxigène ambiant : dans ce cas, elles n’absorbent jamais un volume de gaz oxigène plus grand que le leur. La racine, ainsi saturée et transportée dans un autre récipient rempli d’air commun, forme de l’acide carbonique sans changer le volume de l’air ; mais si on l’expose alors pour peu de temps à l’air libre, elle absorbe une quantité