Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/270

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
204
CHIMIE

en grande partie l’hydrogène qui existe dans les plantes ; après le carbone, ce principe en paraît le plus abondant ; on peut l’en retirer par la distillation ; mais, dans les décompositions spontanées des végétaux morts, il se combine ou avec l’oxigène, pour reconstituer de l’eau, ou avec le carbone, pour s’exhaler à l’état d’hydrogène carburé.


ARTICLE V.


Suite de la nutrition des végétaux.


Il paraît démontré que les plantes ne prennent dans l’eau et les gaz atmosphériques que du carbone, de l’oxigène et de l’hydrogène ; cependant l’analyse nous a prouvé qu’indépendamment de ces principes et des produits qui résultent de leurs combinaisons, la plante contient de l’azote et des substances terreuses et salines qui ne peuvent pas provenir des trois élémens dont nous venons de parler : il nous reste donc encore à rechercher de quelle manière ces substances peuvent s’introduire dans le végétal.

L’azote qui se trouve dans l’albumine, la