Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/269

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
203
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

y exercent, s’y décomposent, et concourent, par l’assimilation de leurs principes, à nourrir le végétal : la plupart des sels dont les principes constituans appartiennent au règne animal ou végétal sont de ce genre.

Nous avons considéré l’eau sous le rapport d’un agent mécanique et sous celui de véhicule des engrais, il nous reste à faire connaître son action directe sur la plante.

Il est prouvé, par les expériences de M. de Saussure, que les plantes s’approprient l’hydrogène et l’oxigène de l’eau qu’elles décomposent ; mais cette assimilation est peu de chose lorsqu’elles ne peuvent pas en même temps absorber de l’acide carbonique : c’est ce qui est prouvé par le peu de poids qu’acquiert le végétal, lorsque son atmosphère ne contient que de l’oxigène.

Les végétaux morts qui fermentent sans avoir un libre contact avec le gaz oxigène, forment du gaz acide carbonique, qui ne provient que de la combinaison du carbone avec l’oxigène que contiennent les produits de la végétation.

La décomposition de l’eau parait fournir