Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/277

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
211
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

j’ai déjà parlé ; les tiges se développent et se chargent de nombreuses feuilles pour soutirer de l’atmosphère une quantité de nourriture proportionnée aux besoins du végétal ; les feuilles et sur-tout les tiges sont d’autant plus fortes, plus charnues et plus vertes, que le sol est plus riche en sucs nutritifs.

Cet état se maintient jusqu’après la floraison : alors, il se produit un changement notable dans la plante ; les racines se flétrissent peu-à-peu, les tiges ne tardent pas à se dessécher, elles changent de couleur, et lorsque la fructification est accomplie, les tiges et les racines ne forment plus qu’un squelette, dont la décomposition ne peut plus que très-imparfaitement engraisser la terre et nourrir les animaux.

Pendant cette époque de la végétation, que sont devenus les sucs qui étaient si abondans dans les racines et les tiges ? Ils ont été employés à former les graines.

Dans le temps que s’opère la fructification, on ne peut pas nier que la plante ne continue à extraire du sol et de l’atmosphère quelques principes qu’elle s’assimile, et qui peuvent