Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/289

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
223
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

leur composition, que du carbone, de l’hydrogène et de l’oxigène ; les nombreux produits qu’elles forment pendant le cours de leur végétation, n’offrent pas, à l’analyse, d’autres principes : les sels, les terres et les métaux s’y trouvent généralement en petite quantité, et dans un état peu différent de celui sous lequel ils existent dans le sol.

Les trois principes rigoureusement nécessaires à la végétation, l’oxigène, le carbone, l’hydrogène, se combinent entre eux dans des proportions différentes, et c’est cette différence dans les proportions qui constitue l’énorme variété des produits de la végétation : quelques centièmes en plus ou en moins de carbone, d’oxigène ou d’hydrogène, changent la nature des corps.

La chimie, en opérant sur les végétaux morts, produit à volonté une partie de ces effets : la fermentation et les décompositions spontanées nous les présentent en grand nombre. Mais l’uniformité constante des produits dans les mêmes espèces de végétaux vivans, l’analogie entre ceux qui appartiennent au même genre, leur variété dans les