Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
271
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

Mais il ne se borne pas à cultiver au hasard des plantes convenables et appropriées au sol et au climat ; un sol cesserait bientôt de produire, si on lui confiait, chaque année, les mêmes plantes ou des plantes de nature analogue. Pour avoir des succès constans, il faut varier les genres de végétaux et les faire succéder l’un à l’autre avec intelligence, sans jamais introduire ceux qui ne sont pas propres au sol.

C’est cet art de varier les récoltes sur le même terrain, de faire succéder l’un à l’autre des végétaux différens, et de connaître l’effet de chacun sur le sol, qui peut seul établir ce bon ordre de succession qui constitue l’assolement.

Un bon système d’assolement est, à mes yeux, la meilleure garantie de succès que puisse se donner l’agriculteur : sans cela, tout est vague, hasardeux, incertain.

Pour établir ce bon système d’assolement, il faut avoir des connaissances, qui manquent malheureusement à la plupart de nos agronomes.

Je vais rapprocher des faits et poser quel-