Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XXXVII
PRÉLIMINAIRE.

si elle était annexée à un grand domaine. Les enfans du propriétaire ramassent des engrais, ou nettoient le champ des mauvaises herbes ; le père de famille travaille son sol avec soin et dans les saisons les plus favorables ; il ne laisse pas un coin de terre sans le faire produire : quatre à cinq arpens bien cultivés suffisent à l’entretien d’une famille, tandis que, cinquante, dans une grande exploitation, peuvent à peine en nourrir cinq à six.

Si nous considérons la division des propriétés sous le rapport moral, nous la trouverons encore avantageuse.

Le prolétaire n’a pas de patrie ; il ne reste fixé sur un point que par habitude ; ses moyens d’existence sont partout où il peut occuper ses bras ; les lois ne sont pour lui qu’un mode d’oppression ; le désordre, l’insurrection lui présentent des chances pour améliorer