Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
LI
PRÉLIMINAIRE.

J’ai cru devoir terminer cet ouvrage par deux chapitres, dont l’un traité de l’extraction de l’indigo du pastel, et l’autre du sucre de la betterave : ces deux branches d’industrie peuvent doter l’agriculture française d’un produit annuel de plus de cent millions. Je soumets à l’agriculteur ce que l’expérience nous a appris sur ces nouvelles sources de la prospérité agricole, et je ne doute pas que, s’il dirige son attention vers ces objets, il ne s’approprie en peu d’années deux des plus grands articles de nos importations.


En voulant éclairer l’agriculture par l’application des sciences physiques, j’ai dû éviter des écueils qui, infailliblement, m’eussent détourné du but que je me proposais d’atteindre.

Je n’ai pas dû perdre de vue que j’é-